10 conseils sur l’auto-prise en charge pour les travailleurs sociaux

Les travailleurs sociaux passent souvent tellement de temps à défendre et à prendre la défense des enfants et des familles qu’ils négligent parfois l’importance de prendre soin d’eux-mêmes. Bien que les récompenses d’être un travailleur social soient abondantes, le travail peut prendre son péage – mentalement et physiquement.

Voici 10 façons simples pour les travailleurs sociaux de pratiquer l’auto-soin, de gérer le stress et l’épuisement professionnel, et de stimuler leur bien-être même dans les jours les plus difficiles.

 

Démarrer un fichier de “positivité”.

Vous avez déjà reçu un compliment qui a fait votre journée ? Avoir une histoire à propos d’une famille que vous avez aidée ? Écouté un client partager à quel point vous avez amélioré sa vie ? Ce fichier est fait pour ça. Chaque fois que quelque chose de bien se produit, notez-le. Lorsque vous passez une mauvaise journée ou que vous auriez besoin de vous rappeler pourquoi vous avez commencé, lisez quelques-unes des choses que vous avez écrites et sachez que vous êtes apprécié et que ce que vous faites compte.

 

Lève-toi et bouge.

Cela peut être aussi simple qu’une marche rapide autour du bureau quelques fois par jour, ou une petite balade à vélo après le travail. Cela peut sembler peu, mais une marche rapide régulière peut améliorer votre humeur, votre équilibre et votre coordination. De plus, la marche offre une foule d’autres avantages pour la santé.

 

Bousculez votre routine.

Changer de petites choses simples dans votre routine quotidienne – comme la main que vous utilisez pour vous brosser les dents ou le trajet que vous empruntez pour aller au travail – peut augmenter la “plasticité” de votre cerveau, ce qui augmente également votre capacité à gérer le changement. Cela peut contribuer à réduire votre niveau de stress (et les effets potentiels à long terme du stress chronique) lorsque votre journée ou votre semaine est chamboulée, car votre cerveau est entraîné à mieux le gérer.

 

Activer votre système d’auto-apaisement.

L’auto-apaisement peut réduire les effets d’un traumatisme ou simplement vous aider à vous calmer après une visite ou une conversation difficile qui déclenche vos émotions. Concentrez-vous sur les cinq sens – des choses comme s’étirer ou mettre de la lotion (toucher), siroter lentement votre café ou votre thé (goût), garder un diffuseur d’huiles essentielles à votre bureau (odeur), regarder la photo d’un être cher (vue) ou écouter une chanson qui vous détend (son). Cette liste comprend d’autres stratégies d’auto-apaisement pour chaque sens.

 

Écrivez-le (et jetez-le).

Écrire vos pensées et vos sentiments vous permet de désencombrer votre cerveau, de hiérarchiser ce qui vous dérange et d’apprendre ce qui déclenche certaines émotions. La plupart des gens font cela en tenant un journal, mais si vous ne pensez pas qu’un journal est fait pour vous, vous pouvez toujours simplement écrire ce que vous ressentez, froisser le papier et le jeter. Cela peut paraître idiot, mais il a été prouvé que l’action d’écrire et de ” jeter vos sentiments ” influence la façon dont ils vous affectent.

Boire beaucoup d’eau.

La plupart des adultes ne boivent pas assez d’eau dans une journée, ce qui peut provoquer des sautes d’humeur, une baisse d’énergie et des difficultés de concentration. Pour éviter la déshydratation, emportez de l’eau avec vous partout où vous allez. Si elle est constamment sur vous, vous la boirez sans même y penser – de la même manière que vous consultez probablement plus fréquemment votre téléphone si vous l’avez toujours sur vous. Vous n’aimez pas l’eau plate ? Faites-la chauffer et ajoutez un quartier de citron, ou essayez de faire infuser des fruits et/ou des herbes dans votre eau.

 

Préparez vos repas et vos collations à l’avance.

Vous n’avez jamais eu ” la gueule de bois ” ? (Oui, c’est une chose réelle.) C’est parce que les chutes de glucose peuvent déclencher des réactions de stress. Pour éviter cela, vous devez vous assurer que vous mangez suffisamment d’aliments sains tout au long de la journée. Le moyen le plus simple d’y parvenir est de préparer des repas. Choisissez un jour par semaine pour planifier vos repas et vos collations, allez à l’épicerie pour acheter les ingrédients et préparez vos aliments. Ainsi, lorsque vous êtes trop occupé pendant la semaine pour penser à la nourriture ou que vous avez besoin de manger sur le pouce, il vous suffit de prendre l’un des récipients que vous avez préparés. 

 

Réservez 5 minutes par jour pour jouer.

Même pendant les journées les plus chaotiques, il est important d’essayer de trouver quelques minutes pour faire des choses qui ne demandent pas trop de réflexion. Passez 5 minutes chaque jour à être simplement spontané – coloriez, dessinez, asseyez-vous sur une balançoire, ou évadez-vous ! Cela pourrait également être fait sur le terrain si vous rendez visite à une famille qui a de jeunes enfants, de sorte que vous intégrez à la fois le jeu dans votre propre journée tout en créant des liens avec la famille que vous aidez.

 

Ayez les bons outils pour faire votre travail (sans causer de travail supplémentaire).

S’appuyer sur des outils et des processus obsolètes peut rendre votre travail plus difficile et ajouter un stress inutile à votre journée. Même si 37 % des travailleurs citent la paperasserie, les outils inefficaces et les systèmes médiocres comme raisons de l’épuisement des travailleurs sociaux, de nombreuses agences sont encore obligées de s’appuyer sur des moyens manuels et chronophages pour faire les choses. Cherchez des moyens de réduire le temps consacré à la paperasse et d’automatiser les tâches de routine,afin d’avoir plus de temps pour vous concentrer sur ce que vous êtes venu faire ici : aider les familles et les enfants dans le besoin.

 

Faites de l’auto-soin une priorité.

Vous vous dites peut-être : ” Bien sûr que je vais faire de l’auto-soin une priorité. C’est pour cela que je lis cet article de blog !”. Cependant, il est facile de mettre votre propre auto-soin au second plan quand une si grande partie de votre travail consiste à prendre soin des autres. Vous devez vous engager à être intentionnel et à considérer l’auto-soin comme une priorité, et non comme quelque chose que vous ferez quand vous aurez le temps.

 

Pour découvrir la filière st2s qui mène vers les métiers du social cliquez sur le lien

You may also like...