“Gay” ou “Homosexuel” : les mots que nous utilisons peuvent diviser l’opinion publique

Les mots comptent

 

Le langage n’est pas neutre. Les mots que les médias, les électeurs et les décideurs politiques utilisent peuvent changer radicalement l’opinion publique. 

Notre recherche montre que des différences importantes entre les termes “homosexuel” et “gay et lesbien” façonnent l’opinion publique sur les politiques de droits civils. Dans un examen historique des mots utilisés pour décrire les gays et les lesbiennes, nous constatons que le terme “gay” a été utilisé par les groupes de défense des droits pour signaler la fierté et l’acceptation de l’identité sexuelle. Le terme plus clinique “homosexuel”, en revanche, a été utilisé pour pathologiser et stigmatiser le désir homosexuel. Découvrez la nouvelle adresse de gayromeo en suivant le lien https://www.daddycoool.paris/la-nouvelle-adresse-de-gayromeo-en-2022/

Les termes que nous utilisons pour la sexualité ont de l’importance, car ils signalent l’identité du groupe. “Gay et lesbienne” est plus susceptible d’être utilisé pour décrire des amis, des parents ou des voisins. “Homosexuel” est un marqueur fort de l’appartenance à un groupe autre que nous et qui vit en dehors de notre société.

L’opinion publique sur les droits des gays et des lesbiennes a changé un dramatiquement au fil du temps, mais l’utilisation divisée des termes “homosexuel” et “gay et lesbienne” demeure. Pas plus tard qu’en août 2017, des brochures en Australie ont utilisé le mot “homosexuel” pour souligner la déviance supposée du mariage homosexuel avant un référendum sur l’égalité du mariage. Dans le même temps, la couverture positive utilisait généralement “gay et lesbienne” pour décrire les couples concernés par le référendum.

Quel effet cela a-t-il sur l’opinion publique ? Nous constatons que le mot “homosexuel” divise l’opinion publique en fonction de l’identité du groupe. Par rapport à “gay et lesbienne”, “homosexuel” incite certaines personnes à accroître leur opposition aux politiques de droits civils qui profitent aux gays et aux lesbiennes. 

Nous nous attendons à ce que les personnes élevées en autoritarisme soient plus sensibles au langage qui signifie des distinctions de groupe. L’autoritarisme est un trait de personnalité qui implique un plus grand désir d’ordre social et de conformité. Les autoritaires tiennent les groupes extérieurs à distance afin de préserver cette conformité. Des chercheurs ont déjà testé si l’autoritarisme seul augmente l’hostilité envers les “homosexuels” par rapport aux “gays et lesbiennes”, mais ont trouvé des résultats mitigés.

La pièce manquante est que l’ordre social perçu peut différer d’une personne à l’autre. Pour certaines personnes hétéro (ou hétérosexuelles), les “homosexuels” sont clairement en dehors de la norme ; pour d’autres, les soi-disant “homosexuels” font en fait partie de leur groupe social. Le mot “homosexuel” devrait affecter le plus négativement les attitudes des autoritaires qui considèrent également les gays et les lesbiennes comme un hors-groupe.

 

Les mots comptent lorsqu’on détermine les positions politiques

Pour tester cette théorie, nous nous appuyons sur une expérience simple contenue dans une enquête faite en 2012. Tous les participants ont été interrogés sur leur opinion concernant deux politiques de droits civils affectant les gays et les lesbiennes. Cependant, pour la moitié des participants, les questions sur les politiques faisaient référence aux “homosexuels”, tandis que l’autre moitié était interrogée sur les “gays et lesbiennes”. En comparant les attitudes des participants à l’égard de la politique “homosexuelle” aux attitudes des participants à l’égard de la politique “gays et lesbiennes”, nous sommes en mesure de vérifier si le mot “homosexuel” renvoie à l’identité de groupe lors de la détermination des positions politiques.

Nous identifions deux facteurs qui sont associés aux perceptions que les gens ont des groupes internes et des groupes externes. Premièrement, nous mesurons directement si les gens ont ou non des connaissances lesbiennes, gays ou bisexuelles. 

Deuxièmement, nos recherches historiques montrent que le mot “homosexuel” est souvent utilisé dans les églises chrétiennes pour combattre l’acceptation culturelle des gays et des lesbiennes. Pour cette raison, nous nous attendons à ce que les chrétiens soient plus susceptibles de considérer les “homosexuels” comme un hors-groupe.

L’autoritarisme est mesuré à l’aide de quatre questions hypothétiques sur le style parental. Bien que ces questions ne soient pas explicitement politiques, elles permettent de prédire le désir de conformité et l’hostilité envers les hors-groupes. Si notre théorie est correcte, les autoritaires qui ne connaissent pas de gays ou de lesbiennes, ou qui sont des chrétiens, devraient être plus hostiles à la politique qui bénéficie aux “homosexuels”.

.

You may also like...